8 différences entre un leader et un manager

rappelez-vous le meilleur manager que vous ayez jamais eu. Qu'est-ce qui a rendu cette personne si dérangeante pour vous ? Était-ce leur adhésion stricte à la politique de l'entreprise ou leur capacité à déléguer efficacement des tâches ? Probablement pas. Ce qui a rendu cette personne si mémorable et efficace a probablement plus à voir avec son intelligence émotionnelle et à long terme qu'avec son affinité pour suivre les règles. Il y a de fortes chances que votre manager préféré ne soit pas simplement un "manager". Cet homme était aussi un chef. L'une des leçons les plus importantes que j'ai apprises dans ma carrière de leader par rapport à la différence entre les managers est que tous les leaders ne sont pas des leaders et que tous les leaders ne sont pas des managers. Adopter des objectifs et des systèmes à court terme est une chose, inspirer les gens vers un grand objectif en est une autre. Je dirais que les personnes qui réussissent font les deux.((ON : Quelle est la différence entre managers et leaders ?)) En d'autres termes, un vrai leader sait quand diriger et quand gérer. ((Forbes : différence entre dirigeants et managers)) En tant que président de mon entreprise, je fais ma part de gestion. L'investissement personnel dans le bien-être à long terme de mon organisation m'oblige également à perfectionner mes compétences en leadership. Ce n'est pas toujours un "basculement" transparent entre ces deux objectifs, mais je suis plus efficace lorsque je peux utiliser le meilleur des deux. Mes compétences en gestion de concentration avec mon leadership et mon leadership ajoutent une intelligence émotionnelle à la gestion.((Forbes : De manager à leader : 6 compétences les plus importantes pour l'avenir)) Alors, quelle est la différence entre un leader et un manager ? Voici les 8 différences les plus importantes entre leader et manager afin que vous puissiez commencer à intégrer le meilleur des deux dans votre travail.

1. Influence contre pouvoir

La plupart du temps, les managers ont des titres qui leur donnent du pouvoir. Cependant, si vous avez déjà été un gestionnaire axé sur les règles et axé sur les résultats, vous savez qu'il y a une grande différence entre avoir du pouvoir et influencer les gens.((Harvard Business Review : trois différences entre managers et leaders)) Tous les leaders n'ont pas la capacité d'influencer et de motiver les autres, ce qui est une caractéristique importante du leadership. D'un autre côté, certaines des personnes les plus inspirantes de mon entreprise sont des développeurs juniors qui viennent travailler chaque jour avec enthousiasme pour trouver des solutions qui aident nos clients. Ils n'ont pas de "manager" dans leur titre, mais leurs bonnes idées et leur enthousiasme nous motivent tous à garder à l'esprit la vision à long terme de notre entreprise - ce qui fait d'eux des leaders incroyables.

Ne manquez pas:  Programme d'exercices de perte de poids de 4 semaines pour perdre du poids rapidement

2. Avoir des suiveurs vs avoir des subordonnés

Une partie importante du travail d'un gestionnaire consiste à suivre les politiques et procédures de l'entreprise. Bien qu'il s'agisse d'un rôle important, il ne crée pas automatiquement un leader. Le leadership consiste davantage à générer la confiance et le respect et, par conséquent, à être perçu comme une personne digne d'être suivie. Un moyen infaillible de déterminer si vous êtes un leader est de compter le nombre de personnes qui viennent vous demander conseil (en dehors de vos subalternes directs). Avant de créer ma propre entreprise, j'ai travaillé pour une société de logiciels. Un de mes collègues se fait constamment interrompre par des collègues pour poser des questions. Il n'était pas un manager, mais son caractère et son travail acharné faisaient de lui un leader.

3. Concentrez-vous sur la culture plutôt que sur les résultats

Mesurer les résultats est un moyen de stimuler la croissance de toute entreprise. Cependant, la vérité est que la croissance à long terme n'est pas qu'une question de chiffres. Il s'agit de façonner une culture de personnes alignées sur les valeurs fondamentales de votre entreprise et, à leur tour, qui sont motivées à faire de leur mieux parce qu'elles se soucient de vous. Pour être un bon leader, vous devez passer d'une attitude axée sur les chiffres à une attitude axée sur les personnes. Il peut sembler intimidant de quitter la table des yeux pour s'asseoir avec un collègue autour d'un café, mais faites attention — lorsque vous avez investi dans votre personnel, vos résultats s'amélioreront en cours de route.

4. Objectif futur vs objectif actuel

Je me souviens du sentiment de peur que j'avais quand j'étais enfant quand mes parents me disaient de nettoyer ma chambre (quoique très sale). La seule chose qui m'a motivé à garder ma chambre en ordre était de payer en espèces (environ 1 $) à la fin de la semaine. En vieillissant, j'ai commencé à penser un peu plus stratégiquement. Je voulais économiser pour un nouveau vélo, mais je savais qu'il faudrait beaucoup plus d'un dollar par semaine pour y arriver. J'ai donc demandé à mes parents des corvées supplémentaires et, après des mois de travail acharné à faire la lessive et la vaisselle, j'ai ramené à la maison mon vélo rouge brillant. Je ne savais pas, mais je pensais comme un leader. Alors que les managers ont tendance à fixer leur attention sur le présent (obtenir des chiffres clairs pour éviter les ennuis), les leaders ont une vision pour l'avenir. Les managers gèrent les tâches pour les vérifier sur la liste, mais les managers sont motivés pour faire avancer les choses car ils peuvent voir la situation dans son ensemble.

5. Voir l'opportunité tout en voyant l'échec

Étant donné que les managers ont tendance à être obsédés par les règles et les résultats, l'échec est généralement plus noir ou blanc pour eux. Cela peut être une chose positive pour garder la politique à l'esprit, mais l'hyper-focalisation sur le bien et le mal signifie qu'un "mauvais" mouvement peut détruire le moral de votre équipe et saper la motivation. Les dirigeants, qui sont plus prévoyants, voient la possibilité de percevoir l'échec. ((Forbes : 7 différences entre un leader et un manager)) perdre un client important ou recevoir des commentaires négatifs de la part des membres de l'équipe n'est pas un pas dans la mauvaise direction, mais une opportunité de repenser les systèmes et de proposer des solutions créatives.

Ne manquez pas:  Moyens sûrs de nettoyer le papier peint : règles et recommandations

6. Donner une vision ou donner des directives

Les managers sont doués pour convaincre les gens de suivre les règles. Les dirigeants, en revanche, forment les gens, pas les forcent. Le meilleur professeur de ma vie était un entraîneur de basket passionné. Bien sûr, j'ai eu des professeurs et des conférenciers incroyables tout au long de ma scolarité, et la façon pratique dont mon entraîneur a cliqué avec moi. Il ne nous a pas seulement donné des instructions, il avait un plan détaillé griffonné dans son carnet et partagé avec enthousiasme avec nous avant chaque match. Il ne m'a pas appris à être un bon basketteur techniquement, il m'a entraîné à maximiser mes compétences et à évoluer dans des domaines où je n'étais pas si fort. À la fin de la saison, je n'étais pas seulement un meilleur joueur, j'étais une meilleure personne.

7. Prendre des risques contre jouer en toute sécurité

Les dirigeants n'ont pas peur de l'échec parce qu'ils le voient comme une opportunité - ce qui signifie qu'ils sont également plus susceptibles de s'aventurer dans de nouvelles directions et idées. Les managers sont déterminés à suivre les cartes existantes pour éviter de se tromper de direction, mais les dirigeants se retrouvent souvent à tracer de toutes nouvelles voies pour que leur équipe les suive vers le succès.((Business Insider : 17 des plus grandes différences entre managers et leaders))

8. Efficacité du dévouement contre

Après tout, les gestionnaires cherchent avant tout à accroître l'efficacité. Ils veulent gagner du temps et de l'argent. Les dirigeants, cependant, sont prêts à prendre le temps de développer les gens. Mon entraîneur de basket-ball n'a pas eu à rester une heure après l'entraînement pour m'aider à travailler mes lancers francs, mais son approche moins qu'efficace a engendré plus d'efficacité à long terme. J'ai marqué plus de points au fil de la saison parce qu'il a pris le temps de s'investir en moi. Le même principe est vrai dans toute organisation : si nous, en tant que dirigeants, prenons le temps, nous pourrions penser que nous n'avons pas besoin de développer nos employés, nous serons en mesure de déléguer des tâches de plus en plus importantes sur la route. ((Harvard Business Review : Les managers et les leaders sont-ils vraiment des choses différentes ?))

Dernières pensées

Le leadership peut ne pas toujours sembler simple ou efficace, mais en fin de compte, une vision stratégique (et une volonté de l'exécuter, même si cela prend du temps) engendrera plus de succès et de motivation. Dans mon livre, c'est une victoire pour tout le monde.

Plus de conseils pour devenir un leader

  •  Ce qui fait un bon leader : 9 qualités de leadership importantes
  • 15 meilleurs livres sur le leadership que chaque leader doit lire pour réussir
  • Leadership vs Management : L'un est-il meilleur que l'autre ?
Veuillez noter l'article
Translate »